• Django Retroman

19 Aout 1942 : Raid DE dieppe

Mis à jour : 11 oct. 2018



Nous sommes en 1942.


Les Alliés sont dans une situation difficile. Les Allemands ont pénétré très profondément en Russie et l'armée britannique en Afrique du Nord a été repoussée jusqu'en Égypte.


Presque toute l'Europe est occupée par l'Allemagne et tout ce qui protège l'Angleterre des forces de l'Axe est la Manche.


Les Alliés mettent alors sur pied un projet de raid du port de Dieppe.


On sait qu'il est encore trop tôt pour lancer une invasion à grande échelle de l'Europe.

Les buts de ce raid sont plutôt de semer la panique parmi les Allemands, de réduire l'intensité des attaques allemandes sur le front Est (permettant ainsi aux Russes de souffler un peu) et de tester les nouvelles techniques et le nouvel équipement militaire sur un vrai champ de bataille.


Le projet de raid est d'abord baptisé «opération Rutter» et devait avoir lieu en juillet.

Les soldats, surtout des Canadiens, reçoivent un entraînement intensif sur l'île Wright à partir du 20 mai.


La mauvaise température du mois de juillet remet toute l'opération en question. On décide finalement de la reporter au mois d'août et de la renommer «opération Jubilee».



Le 19 août 1942 :



Un soldat sur la plage de Dieppe [ Reconstitution 2012 ]

Evocation d'un rangers américain durant l'opération , il porte la tenue américaine avec le bonnet en laine des commandos britanniques . [ Reconstitution 2013 ]


Sur le contingent de 5 000 canadiens de 1 110 Anglais et d’environs 50 rangers américains engagés dans l’opération , on compte plus de 4 000 tués blessés ou disparus .

L’infanterie canadienne paie à elle seule le lourd tribut de 667 Morts 218 disparus et 1894 prisonniers.


D'une façon morbide , Il s’agissait en quelque sorte de la répétition à petite échelle d’une opération combinée de débarquement visant à tester les défenses cotières ennemies .


Avant l’attaque tout un dispositif à terre était déjà en action :


: « Les Vagabonds bien-aimés » du réseau de Résistance dirigé par le garagiste Stvetislav Tsiritsh avaient opéré une série de sabotages essentiellement de câbles téléphoniques .


Le 19 Août , une flotte de 252 bateaux appareillait de la côte sud de l’Angleterre et arrivait au large de Dieppe a 3h00 .


A 3h30 , les navires de transport mettaient à l’eau les barges de débarquement .


A 3h47 , un des commandos s’est trouvé pris sous le feu de vedettes allemands au large de Berneval .


Deux bateaux allemands ont été coulés mais les déflagrations avaient attiré l’attention des forces terrestres allemandes annulant l’effet de surprise tandis que les troupes débarquaient sur une bande côtière de 18 kilomètres de long de part et d’autre du port .


L’objectif était de détruire une série de batteries côtières et de s’emparer du quartier général allemand.


Une batterie a été réduite mais les autres ont déversé une pluie d’obus sur les Canadiens piégés par les barbelés sur l’étroite plage de galets , devant les destroyers de la Royal Navy impuissants .


Sur les 24 barges de transports de blindés 10 seulement ont pu débarquer 27 chars qui furent tous détruits.


Au total 33 barges et un destroyer alliés furent coulés.


La Royal Air Force qui assurait la couverture aérienne a perdu 106 appareils contre 170 pour les allemands dont les pertes en hommes furent moins lourdes :



314 soldats tués , 294 blessés et 37 prisonniers emmenés en Angleterre .


Sur 18km le long des côtes françaises , des chars calcinés , des corps déchiquetés de plus de mille soldats , un désastre .


Le lieutenant Edwin Loustalot du 1er bataillon de ranger a été le premier Américain de la guerre tué au cours d’un débarquement .


L’aumônier John Foote s’est occupé des blessés sur la plage et les a portés jusqu’aux bateaux .


Mais il a refusé de rembarquer avec eux choisissant la captivité pour aider les autres prisonniers de guerre blessés .


Le colonel J.P Phillips est tombé alors qu’il signalait aux dernières barges de faire demi-tour sauvant ainsi deux cents de ses hommes .


La reconquête de l’Europe par les Alliés passe par un débarquement.


L’expérience de Dieppe a convaincu les chefs alliés chargés de planifier les opérations que les troupes nécessaires pour ouvrir un second front ne pourraient pas être rassemblées avant 1944 .



Prisonniers alliés, encadrés par des soldats allemands, en marche vers la captivité.



© 2023 par Garde-robe. Créé avec Wix.com