• Django Retroman

Fast and FURIOUS 9 : Un plaisir coupable offert par le festival de cannes

Faisant partie des ( nombreux ) privilégiés ayant eu l'opportunité d'assister à la projection en avant première du 9ème volet de la saga Fast & Furious je n'ai pas boudé mon plaisir étant un grand fan depuis mes 11 ans , 20 ans déja !





Autant dire que les équipes du Festival de Cannes ont mis la barre haute et se sont montrées généreuses avec le public .








Projection sur une plage , quasiment les pieds dans l'eau , transats , casquette collector offerte à tout le public , exposition de voitures , quelques influenceurs youtube et tiktok venus faire un coucou et s'adonner à des selfies avec le public , l'ambiance était à la fête .





Que vaut ce Fast & Furious 9 justement ?


Je ne vais pas en dire davantage ne voulent rien spoiler . Lisez cet article comme une simple impression à chaud .



La première chose qui m'a sauté aux yeux c'est le contraste entre les couleurs très flashis de l'affiche officielle d'assez mauvais goût et sentant bon la série B des années 90 style Power Rangers et la photographie assez métallique du film dans la lignée des opus précédents .






Sans grande surprise j'avoue avoir pris un plaisir coupable , un " kiff" comme diraient d'autres , le film rempli totalement mes attentes , je n'en attendais pas plus ni pas moins .


J'apprécie toujours autant le coté toujours " plus" " bigger than life" et " wtf" que peut se permettre la franchise .


Comme j'en parlais hier lors de la file d'attente , Fast & Furious est une série qui s'assume .


Ce 9ème volet ne déroge pas à la règle et ne se prétend jamais plus intelligent qu'il ne l'est contrairement à d'autres films beaucoup plus prétentieux et manquant cruellement d'autodérision .



Finalement Fast and Furious 9 est la confirmation que la saga lorgne vers une certaine idée du cinéma bourré à la testostérone nanardeux dans la lignée des productions des années 80-90 et pour notre plus grand plaisir .


Il se permet même de faire des clins d'oeils à James Bond , Harry Potter et autre James Bond .


Ajoutez à cela un John Cena s'imbriquant totalement dans ce panel de personnages et vous avez la définition parfaite du blockbuster estival :



Déposer son cerveau à l'entrée de la salle , s'éclater pendant 2h20 .


Pari réussi pour le come back de Justin Lin reprenant son poste de réalisateur .



Attention tout de même , certaines séquences , personnages références ou répliques tomberont à plat si vous n'avez pas suivis tout les épisodes s'étalant sur plus de 20 ans !