• Django Retroman

Harrington mon amour

Mis à jour : juil. 16







Sur cet article je vais rapidement évoquer un incontournable et intemporel de la mode : Les blousons que l'on surnomme généralement " Harrington " .




Comme bon nombre de personnes ( je n'ai jamais prétendu vouloir être original ) je suis un grand fan des blousons Harrington so British dont la doublure est iconique .


N'ayant pas le budget pour m'offrir des authentiques , j'opte pour des reproductions trouvables sur Ebay , que l'on me pardonne .



Rattaché à certains mouvements comme les Mods , les Skinheads et j'en passe , on retrouve le Harrington dans toutes les classes de la société des stars de cinéma aux étudiants .








Si la nationalité originelle du blouson est anglaise , le terme Harrington quant à lui se réfère à un feuilleton à succès diffusé à la télévision américaine : Peyton Place.




En effet , l'un des personnages, joué par Ryan O’Neal, s’appelait Rodney Harrington.


Il portait un blouson de golf, alors appelé G9, de la marque anglaise Baracuta.


(Qui est donc la marque à l'origine des premiers Harringtons).









Ce blouson, célèbre grâce à la série et au personnage de Rodney Harrington, est donc devenu un « Harrington » au fil du temps et a même donné lieu à une marque déposée dans les années 80 .



Petit historique traduit de l'anglais du site américain masonandsons :


L'histoire de la marque Baracuta trouve son origine à Manchester, un centre industriel situé dans le nord-ouest de l'Angleterre. La ville était autrefois connue sous le nom de "Cottonopolis", car elle était le centre de la production textile mondiale de coton au 19e siècle, avec un pic de production de 8 milliards de mètres de tissu en 1912. Elle est aussi souvent appelée "Rainy City", en raison des niveaux de précipitations régulièrement élevés et de l'atmosphère humide (qui était particulièrement propice au filage du coton).



Compte tenu du contexte industriel de la ville et de ses conditions climatiques, il est compréhensible qu'un certain nombre de fabricants de vêtements de coton et de pluie aient commencé à opérer dans la région. L'une d'entre elles était une entreprise appelée Baracuta, détenue par les frères John et Isaac Miller. Leur principale activité était la production d'imperméables pour des marques telles que Burberry et Aquascutum.


Dans les années 1930, les frères Miller ont commencé à développer le nom Baracuta en tant que marque indépendante, et ils ont créé un certain nombre de modèles uniques, chacun portant un nom de code alphanumérique. À l'époque, le succès de leur entreprise de fabrication leur avait donné l'occasion de rejoindre l'élite sociale de Manchester en devenant membres du club de golf local et, en 1937, ils ont mis au point une veste courte et imperméable à fermeture éclair qui pouvait être portée sur le parcours. La conception offrait une liberté de mouvement suffisante pour permettre aux joueurs de frapper la balle sans restriction ; elle a fini par être connue sous le nom de "swing jacket" au Japon, mais la société l'a désignée sous le nom de code G9 (le G indiquant "Golf").



L'année suivante, John Miller a demandé à Lord Lovat, 24e chef du clan Fraser, l'autorisation d'utiliser le tartan Fraser pour la doublure de la veste. Non seulement le motif du tartan s'harmonisait parfaitement avec le G9, mais il apportait également une touche de noblesse. Lorsque la guerre a éclaté, l'héroïsme de Lovat au combat (Winston Churchill l'a décrit comme "l'homme le plus beau à couper une gorge") ne pouvait que renforcer l'attrait viril du design.





En 1950, Isaac Miller a commencé à exporter aux États-Unis et le G9 a été adopté par la fraternité des golfeurs célèbres, qui comprenait des sommités telles que Bob Hope, Bing Crosby et Ronald Reagan.



Baracuta n'était pas sans concurrence : une société américaine, McGregor, avait lancé un vêtement très similaire en 1947, appelé le "Drizzler". James Dean est devenu célèbre en portant une version rouge dans le classique "Rebel Without a Cause" de 1956.





L'apparition de Dean dans le film a élargi l'attrait de l'imperméable à la taille au-delà des limites du jeu de golf, ce qui a créé une opportunité pour Baracuta. Un moment décisif pour la marque est arrivé lorsque Elvis Presley a été vu portant le G9 dans le film "King Creole" en 1958, transformant instantanément le vêtement d'un article de sport en une pièce de mode indispensable.







Prouvant que la G9 n'était pas soumise aux caprices du monde de la mode, son statut légendaire a été cimenté lorsque Steve McQueen a été photographié dans une Baracuta "Stone" en première page du magazine Life le 12 juillet 1963. Pièce de prédilection de sa garde-robe, McQueen a été photographié en train de la porter aussi souvent que ses bottes chukka Playboy.






Je traque la Harrington partout .


Dans la rue , sur le net , dans le film et les séries .


Et force est de constater qu'elle est à jamais d'actualité , on la croise partout voici quelques exemples :



Martin Freeman est un fan des Harrington


Bradley Cooper Very Bad Trip



Le personnage de Nick Fear The Walking Dead


Lucas Hood dans Banshee



Jason Statham dans le film Killer Elite

Alex Lutz






Je termine cet article avec une petite photo en dédicasse à une amie qui m'a offert un chapeau pouvant parfaitement s'associer au blouson :




















A lire :


https://fr.wikipedia.org/wiki/Harrington_jacket


http://www.commeuncamion.com/2008/12/05/harrington/


https://masonandsons.com/blogs/style/99483014-baracuta-g9-the-history-of-the-harrington