• Django Retroman

L'INSTANT SJW : Jurassic Park III





L'été 2001 voyait Jurassic Park III sortir et ca n'allait plus être une simple promenade dans le parc comme le teasait l'une des affiches du film .


J'aime à penser que l'affiche principale du film a peut être inspiré celle de la troisième saison de GOT ;)





La promotion du film comprenait notamment un site internet assez bien fichu pour l'époque ainsi qu'une ressortie VHS de Jurassic Park et du Monde Perdu comprenant un petit making off promotionnel de Jurassic Park III .


J'avais donc 11 ans lorsque le troisième Jurassic Park est sorti .


J'ai eu la chance de voir le film au cinéma de Valberg , autant vous dire que le cadre montagnard , forêts et plaines ont largement contribué à l'ambiance .


Comme vous pouvez vous en douter avec mon titre , je vais prendre la défense de JP3 et cet avis n'engage bien évidemment que moi .


Le film s'étant fait démolir par la critique , je fais partie de ceux qui ont une certaine sympathie pour lui .


Pourquoi ? Car Jurassic Park III multiplie les prises de risques :


Remplacer Steven Spielberg à la réalisation après les deux mastodontes que sont Jurassic Park et Le Monde Perdu était déja risqué en soit .


Bon Joe Johnston au commande ca reste quand même une valeur sûr , n'oublions pas qu'il nous a offert Jumanji ;)


Ensuite , mettre en scène la mort de la star des stars de la franchise le T-Rex dans la première demie heure de film au cours d'un combat contre le Spinosaure c'est quand même vachement couillu .


John Williams laisse place à Don Davis qui insuffle un nouveau souffle à l'univers musical de la saga en réinterprétant les célèbres thèmes de Williams tout en proposant des compositions inédites de très bonne facture .


L'ambiance du film se révèle particulièrement sombre , si cet aspect est ancré dans l'adn de la saga certains éléments des deux précédents volets venaient contrebalancer ca , je pense notamment aux enfants .


Et c'est là que Jurassic Park III prend à nouveau les fans à contrepied , ici plus question d'adulte à la rescousse , c'est bel et bien Erik Kirby qui sauve la mise à Alan Grant .


On pourra à juste titre relever le manque de crédibilité qu'un pré adolescent survive huit semaines sur une île infestée de dinosaures , mais je préfère voir ca comme une forme de clin d'oeil à Sa majesté des mouches .


Certains s'agaceront également de la prépondérance du thème de l'intelligence des vélociraptors . Personnellement j'y vois une forme de réhabilitation pour un dinosaure qui aura jusqu'ici fait figure de " méchant" dans la saga .


Pour en revenir à l'ambiance sombre du film , deux mots sur la photographie .


Exit les jeux de lumière , les fumigènes et contrastes de Janusz Kamiński et bonjour les filtres grisâtres qui confèrent à Jurassic Park III une atmosphère post apocalyptique /métallique qu'on retrouvera plus tard dans The Walking Dead .


D'une durée relativement ( trop ) courte , Jurassic Park III est mené tambour battant et s'avère généreux en matière d'action , la séquence la plus mémorable à mes yeux étant la scène de la volière directement reprise du roman original de Michael Crichton .


L'occasion idéale pour mettre en scène une nouvelle espèce de dinosaure dont l'apparition signait le dernier plan du Monde Perdu : Le ptéranodon .


Et sur ce point , Jurassic Park III fait également très fort .


Là où les deux premiers films étaient principalement basés sur deux " protagonistes" à savoir Tyrannosaure et Raptors , le troisième volet modifie considérablement la faune et la flore d'Isla Sorna .


La tention est parfois très palpable notamment lors du climax final sur la rivière .


Joe Johnston joue sur le contraste entre le calvaire des protagonistes et la vie paisible d'un petit garçon sautillant devant Barney le dinosaure ( Fait ironique : Barney le dinosaure servira d'instrument de torture auditive durant la Guerre d'Irak ) .


J'ai été aussi agréablement surpris par le fait de voir des laboratoires Ingen à l'abandon .


Au niveau de la distribution , si il peut paraître paresseux de faire revenir Alan Grant , je trouve à titre personnel et avec le recul que le film ne se repose pas uniquement sur ses épaules et que le personnage s'avère par moment très effacé au profit d'autres .


Contrairement aux autres volets où la ligne des gentils et des méchants était clairement délimitée , je trouve qu'elle est un peu plus nuancée dans ce troisième film .


Il n'y pas véritablement de " méchant" à proprement parler , à moins que l'on considère les mercenaires engagés par les Kirby comme tel .


Pour parler rapidement des Kirby , j'estime qu'il est plaisant de voir des protagonistes on ne peut plus terre à terre .


J'entends par là que Paul et Amanda Kirby semblent tout droit sortis d'un pavillon de la classe moyenne américaine prêts à tout pour sauver leur enfant .


On retrouvera ce schéma dans le spin-off de TWD , Fear the walking dead avec la famille recomposée de Travis et Madisson .


Je pense que ce parti pris ajoute une certaine crédibilité au propos .


Le jeune archéologue Billy interprété par Alessandro Nivola ajoute un vent de fraîcheur et est un complément idéal à Alan Grant .


On pourra encore une fois s'agacer de certains effets spéciaux ayant mal vieilli , des séquences parfois maladroites mais on ne peut pas reprocher à Jurassic Park III de ne pas vouloir s'émanciper de son héritage et de nous offrir un beau spectacle .



















0 vue

© 2023 par Garde-robe. Créé avec Wix.com