• Django Retroman

L'inSTANT SJW : Le film CARTEL





A la rentrée 2013 sortait sur nos écrans le film Cartel ( The Counselor en version originale ) dernier poulain d'un de mes réalisateurs préférés Ridley Scott .


Un four monumental tant aussi bien du point de vue box-office que critique ; 1,8 / 5 sur Allociné !


Et pourtant Cartel fait partie des films que j'aime défendre et c'était déja le cas à sa sortie .


Nihiliste , crepusculaire , noir tout ce que j'aime .


Basé sur un scenario de l'écrivain Cormac McCarthy ( La Route , No Country for Old Men rien que ca ) qui signe par la même occasion son premier scenario original pour le cinéma non adapté d'un de ses livres , Cartel est beaucoup plus fin qu'il n'y parait .


Il faut dire que les bandes annonces promos et les affiches en mode " casting dans ta gueule" laissaient présager un bon petit thriller d'action avec une distribution 5 étoiles .


Tout comme Springbreakers sorti la même année qui a eu l'art de tromper son monde en mentant sciemment sur la marchandise pour mieux piéger les spectateurs ( La promesse d'un film sur la décadence du Springbreak et à l'arrivée un trip métaphysique ) , Cartel fait de même .


Oubliez les gunfight et les effets pyrotechniques .


Certes le casting est à tomber , et c'est justement ce qui fait la force du film .


Utiliser toutes ses figures hollywoodiennes à contre emploi .


Michael Fassbender est autant avide que cupide , Brad Pitt cynique à souhait , Cameron Diaz machiavélique , Javier Bardem campe un nouveau riche dans ce qu'il y a de plus beauf à commencer par des chemises versace très criardes .


Seule Penelope Cruz semble avoir un brin d'innocence .


Sans rien dévoiler de l'intrigue il est d'ailleurs étonnant qu'au final il n'y pour ainsi dire aucun machiavelisme .


Non Cartel n'est pas un film d'action sur fond de trafic de drogue mais surtout un film nihiliste au rythme volontairement lent et bavard qui pointe pour une fois du doigt , non pas les trafiquants de drogue comme le laisse présager le titre français mais le haut du panier ; Les personnes prêtes à alimenter ce commerce persuadées d'être intouchables et les conséquences que peuvent avoir cette illusion .


Le film dure 1h51 mais il faut savoir qu'il a été emputé d'une bonne vingtaine de minutes lors de sa sortie en salle ; Fort heureusement le montage original a été proposé dans l'édition bluray et les séquences supprimées renforcent un peu plus le propos de Cormac McCarthy bien que la version cinéma se suffise à elle même .




© 2023 par Garde-robe. Créé avec Wix.com